Views
1 year ago

TRAMETAL N°210

SPÉCIAL AÉRONAUTIQUE

www.annuairedu4-0.fr

www.annuairedu4-0.fr Tous les fournisseurs de l’Industrie du Futur, de l’usine intelligente, des machines connectées, de l’IoT... Du papier au numérique, accédez à l’annuaire complet en ligne. ● Recherche multicritères ● Plus d’informations sur les sociétés ● Mise à jour quotidienne des données Pour en savoir plus : CiMax 12, place Georges Pompidou - 93167 Noisy le Grand Cedex ana@groupe-cimax.fr - tél. 0145 92 98 98

par Dominique Dubois Rédacteur en chef LE COVID 19 NOUS MET À NU ÉDITO e Covid 19 a eu l’effet d’une glaciation brutale sur nos sociétés et nos économies mais il a aussi agi comme un puissant révélateur de nos faiblesses mais aussi de nos ressources. A la différence d’un tremblement de terre, d’un tsunami ou d’une guerre, cette pandémie n’a pas détruit d’infrastructures ou rasé de villes qu’il faudrait reconstruire, elle a tout simplement tout grippé, des chaînes logistiques, à nos relations sociales et professionnelles tandis que les services de santé étaient submergés. La vague est passée, au moins provisoirement, dans notre vieille Europe et il va falloir prendre conscience de la fragilité extrême de notre modèle économique libéral uniquement centré sur la maximisation des profits et la mondialisation. La résilience humaine est très forte ainsi que son adaptabilité et ce n’est pas cette fois que tout va s’écrouler mais beaucoup de fissures sont devenues béantes et doivent être colmatées. Espérons que les politiques et les services achats vont prendre conscience que gagner trois sous en faisant de l’outsourcing à outrance peut en faire perdre bien plus en cas de souci mais ce n’est pas gagné. Les choix des consommateurs pourraient bien faire bouger les lignes y compris politiquement. Il ne s’agit pas d’ailleurs que de la fragilité d’un modèle économique mais du côté ubuesque des circuits boursiers et financiers : avoir vu le cours du brut devenir négatif, celui de l’argent aussi, les villes se fermer aux voitures tout en ne proposant que des pistes cyclables en alternative aux transports en commun décriés pour cause de promiscuité, il y aurait de quoi s’inquiéter au-delà du grotesque de la chose. Dans tous les pays atteints par la pandémie, ce sont les pauvres, les sans papiers et ceux qui doivent sortir travailler coûte que coûte pour manger et nourrir leur famille qui ont « trinqué » le plus. Mais nous constatons, en France notamment, que tout une frange de la société est en train de perdre pied et de passer de la précarité à la pauvreté, celle de l’aide sociale et des Restos du Cœur. Le simple fait de ne plus pouvoir compter sur la cantine pour nourrir les enfants le midi a suffi à faire basculer des ménages dans les queues pour les colis alimentaires (dixit le Secours Populaire). Notre outil industriel a pris l’habitude de fonctionner de plus en plus avec des intérimaires corvéables à merci, sous-payés et ne bénéficiant pas des avantages des contrats en CDI. La crise du Covid aidant, beaucoup se sont délesté de cette main d’œuvre et n’ont pas transformé nombre de contrats d’apprentissage. Les dividendes aux actionnaires, eux, sont maintenus. La délocalisation de nos industries se poursuit avec les pertes d’emploi correspondantes, et pas que dans le secteur automobile. Il serait sans doute temps de remettre l’église au centre du village et ne pas se contenter de privilégier les produits alimentaires locaux mais aussi le made in France dans les produits manufacturés. Nos voisins le font de façon plus ou moins visible mais efficace. Prêter de l’argent public à nos grands groupes, soit mais avec une contrepartie de produire sur place et ceci est valable aussi bien pour les automobiles, que les médicaments, les avions ou les bateaux. Nous avons entendu pendant des années que les chantiers navals hexagonaux étaient condamnés. Aujourd’hui ceux de St Nazaire par exemple sont les plus productifs au monde et les moins chers, cherchez l’erreur... Politiquement et humainement, notre modèle qui laisse de plus en plus de gens, surtout des jeunes, sur le bas-côté est intenable moralement, politiquement explosif et économiquement stupide. TRAMETAL #210 Juin 2020 3

Pour vous abonner, joindre la rédaction, communiquer dans la revue ou simplement avoir plus d'informations sur votre métier, rendez-vous sur notre site internet :

www.trametal.fr